XLVIe Congrès des Sociétés savantes de Savoie : Appel à Communication

APPEL À COMMUNICATION

 

XLVI° CONGRÈS des SOCIÉTÉS SAVANTES de SAVOIE
à Saint-Jean-de-Maurienne, les 1 et 2 octobre 2016
Sur le thème : État et Institutions, autour du 600e anniversaire de l’érection du comté de Savoie en duché

 

Logo Union des sociétés savantes de Savoie

Le 19 février 1416, l’empereur Sigismond érige le comté de Savoie en duché. Par cet acte politique, la Maison de Savoie et son chef, Amédée VIII, reçoivent une reconnaissance de premier plan en Europe et se placent sur pied d’égalité avec nombre de princes italiens ou de feudataires français. Ce changement important de statut intervient à une période d’apogée du pouvoir du nouveau duc, dont les possessions sont solidement établies depuis longtemps des deux côtés des Alpes, s’appuyant sur une administration efficace, tout en s’assurant le concours de ses peuples à la conduite de ses projets. Avant l’obtention de la couronne royale, au début du XVIIIe siècle, c’est un temps fort
de l’histoire de la dynastie qui stabilise durablement la place de la principauté en Europe.

L’Union des Sociétés Savantes de Savoie, à l’occasion de son 46e Congrès en octobre 2016, souhaite commémorer cet événement et s’en servir comme base d’une approche touchant les domaines du développement de l’État et des institutions, autour de 1416 naturellement, mais aussi à toutes les époques de l’histoire des États de la Maison de Savoie. Vous pouvez télécharger le flyer du congrès.

 

Dans cette perspective, nous souhaitons parcourir les champs suivants :

  • Histoire diplomatique et politique : (re)lecture de l’événement de 1416 (causes, faits, conséquences), négociateurs et négociations, paix et guerre, contexte général des relations entre la Savoie et l’Empire mais aussi entre la Savoie et ses voisins, règne d’Amédée VIII dans une perspective de prestige, titulatures de la Maison de Savoie ou de certains de ses membres, autres événements similaires (dans les États de Savoie
    mais aussi ailleurs en Europe, lorsqu’un prince ou une collectivité, par exemple, sont promus à un statut supérieur).
  • L’État et son développement : fondements théoriques et doctrines juridiques, les différents régimes politiques (monarchie absolue, monarchie constitutionnelle, démocratie), synthèses générales sur la longue durée, fonctions régaliennes, personnalités marquantes parmi les hommes d’État, moyens de l’action de l’État, impacts, réactions et mécanismes induits par son développement, conflits et polémiques, prélèvement mais aussi redistribution des richesses par l’État.
  • Les instances de dialogue politique : l’État ne peut se développer sans le consentement des populations : représentation du peuple (des états généraux aux élus actuels), consultations (référendums, élections), « lobbying » et corporatisme, factions et partis, moyens de communication entre l’État et ses administrés, connaissance de l’opinion publique.
  • Les institutions : tous les types, de l’Antiquité à nos jours, peuvent être évoqués, sous tous les aspects : militaires, civils, locaux (des communes à nos actuelles collectivités territoriales), religieux, étatiques ( justice, monnaie, police, finances, diplomatie etc.), économiques (corporations de métiers, transports, entreprises, organismes locaux, régionaux, nationaux et internationaux), sanitaires (hôpitaux, lutte contre les épidémies), sociaux (groupes sociaux, associations, « ordres », « classes », syndicats, médias). Il pourra s’agir de les décrire, d’en faire découvrir des méconnues, de proposer des synthèses sur des permanences et ruptures sur le long terme ou sur des événements ponctuels et on aura une attention particulière aux institutions publiques, liées à l’État.

 

Un comité scientifique a été constitué : Claude Barbier, docteur en histoire et président de l’Union des sociétés savantes de Savoie, Bernard Demotz, professeur des universités et président de l’Académie Florimontane, Pierre Dompnier, président d’honneur de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Maurienne, Pierre Geneletti, président de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Maurienne et Laurent Perrillat, docteur en histoire et président de l’Académie salésienne.

Posted by on 3 Juin, 2015 in Actualités, Conférences | 0 comments

Leave a Reply