Conférence du 6 mars 2024

Une conférence animée par Angélica Suarnet, diplômée d’un Master II de recherche à l’Université de Savoie Mont-Blanc.

Conférence du 6 mars à 18 heures

« Les sages-femmes en Savoie » : Mémoire de Master I soutenu en 2019
Université de Savoie
Master « Pratiques Héritage et Représentation des espaces transfrontaliers »
Spécialisation en histoire de la médecine des XVIIIe et XIXe siècle pour deux sujets de master portant sur les métiers de sages-femmes (1ère année) et de vétérinaires (2e année) portant sur l’étude de l’intégration de ces deux professions sur le territoire savoyard.

Les sages-femmes en Savoie : XVIIIe – XIXe siècle (1780-1815)

Étudié à la lumière des sources de l’administration médicales puisées aux archives départementales de Savoie, ce projet de Master I, a permis de reconstituer l’histoire du métier de sage-femme entre les royaumes de France et de Savoie à travers l’Ancien Régime, la Révolution et l’Empire.

Ce métier, la plupart du temps pratiqué par des femmes installées au cœur des bourgs et grandes villes, comme Chambéry par exemple, était aussi l’apanage de figures plus familiale comme une marraine, une tante ou encore une voisine. La pratique des accouchements était à facette multiple et laissait beaucoup de liberté tant aux sages-femmes qu’aux parturientes ; une liberté de plus en plus faible à mesure qu’approche la Révolution.

Étirés entre Chambéry et Paris, les candidates recrutées et formées tant à l’Hospice de la Maternité qu’auprès de chirurgiens locaux, à Chambéry, ou encore par la célèbre Madame Du Coudray et ses « machines », à Belley, forment une nouvelle génération de sages-femmes concurrentes à celles restées attachées aux pratiques héritées des enseignements de leurs aïeules. Toutes cherchent à s’établir. Certaines parviennent à trouver une place grâce à un réseau de recommandations tandis que d’autres usent de techniques peu scrupuleuses pour fonder commerce, parfois au mépris de la loi.

Conférence du 7 février 2024

                        

CONFÉRENCE PROPOSÉE PAR HENRI COMTE

LE MERCREDI 7 FEVRIER 2024 À 18 HEURES – SALLE YVETTE MARTINET

          

UN AMOUR DE JEUNESSE D’ANDRE CHARLES COPPIER

Charles Coppier est un artiste reconnu, en France et même internationalement, comme graveur, peintre, critique d’art, et auteur d’ouvrages illustrés à succès sur la Savoie. Mais ce fut aussi un lecteur très averti de Jean-Jacques Rousseau qu’il évoque fréquemment dans ses écrits. Témoin les pages qu’il lui consacre, à propos d’Annecy, dans son magnifique « Au lac d’Annecy ». Mais a-t-il lui aussi, au soir d’une vie bien remplie, voulu à son tour écrire ses propres « Confessions » ?

Henri Comte, notre conférencier du 7 février prochain semble le penser. Il se fonde sur un ensemble inédit de pièces, rassemblées par Coppier dans un petit portefeuille rouge venu dans sa famille par une acquisition faite lors de la vente aux enchères, à Talloires, du mobilier de l’artiste. A l’intérieur Copier y a en effet rassemblé différentes notes manuscrites retraçant un épisode intime marquant de sa jeunesse, à savoir l’histoire étonnante de son amour contrarié pour Linie, une belle jeune fille de la haute société annécienne. Tel un nouveau Rousseau, mais avec en plus quelques beaux portraits, il en reconstitue avec précision vivacité et sincérité les différents épisodes. Ces confidences bien que romanesques ne sont pas du roman mais une histoire vécue et donc un témoignage historique. Le conférencier se propose d’illustrer, au-delà de l’histoire de cet amour contrarié, son apport à la description et à la compréhension des mentalités, règles, usages et valeurs ayant cours dans la société annécienne de la fin du 19ème siècle.

Germain Sommeiller, ingénieur Sarde et citoyen cavourien

Portrait de G.Sommeiller, Académie des Sciences de Turin
Portrait de G.Sommeiller, Académie des Sciences de Turin

Conférence proposée par André PALLATIER le mercredi 3 janvier 2024 à 18 heures – salle Yvette Martinet

En 2016, Madame Claude Constantin de Magny a écrit, dans la revue du Faucigny : « Le Colporteur » un article intitulé : « Peut-on oublier Germain Sommeiller ? », cela quelque deux cents ans après sa naissance. Ce serait dommage car sa vie demeure pleine d’intérêt à un double point de vue. C’est d’abord son parcours personnel hors norme qui retient l’attention : il est celui d’un orphelin de père et de mère, aîné d’une fratrie de six enfants, qui grâce à une bourse, peut faire des études scientifiques à Turin et obtient le diplôme d’ingénieur hydraulicien en 1842. Se succèdent alors pour Germain Sommeiller des années difficiles sur le plan matériel jusqu’en 1857, année où il est nommé à la direction technique du chantier du Fréjus, qui va être « son grand œuvre » et asseoir sa célébrité, plus spécialement à Turin.

Cette vie devient passionnante à découvrir pour nous Savoyards, quand on met ses épisodes en relation avec le contexte historique : né sarde à Saint Jeoire en Faucigny en 1815, il traverse ainsi la période dite de la Restauration Sarde, avant de se prononcer, en 1860, contre le rattachement de la Savoie à la France, et de devenir ainsi italien en 1861. Parallèlement à sa carrière d’ingénieur il mène une vie de militant politique au sein de la mouvance cavourienne, assumant trois mandats de député au Parlement piémontais.

Il meurt en juillet 1871, citoyen italien donc, dans sa ville natale où il est revenu quelque temps auparavant, trois mois avant l’inauguration du tunnel du Fréjus. Ses héritiers vont se disputer durant une décennie un héritage confortable, la Cour de Cassation de Rome mettant un terme aux procédures en 1881.

Conférence le mercredi 3 janvier 2024 à 18 heures – salle Yvette Martinet

Marguerite d’Autriche duchesse de Savoie : histoire du monastère de Brou

Détail du vitrail de l’Assomption, chapelle de Marguerite

Le 6 décembre, Suzanne MOUCHET propose une conférence sur l’histoire du monastère de Brou et sur Marguerite d’Autriche.

Le monastère royal de Brou, bijou de dentelle blanche de pierre de style gothique flamboyant brabançon, a été élevé au début du XVIème siècle par la seule volonté de Marguerite d’Autriche (1480-1530) pour abriter 3 tombeaux : celui de son époux Philibert le Beau duc de Savoie, celui de Marguerite de Bourbon mère de Philibert et le sien.

Ce monument symbole nuptial, a été pensé avec et par amour, pour adoucir l’image de la mort. Rien ici n’est douloureux ni menaçant, l’édifice est empreint d’une mélancolie sereine qui illustre aussi l’émouvante et singulière destinée de Marguerite.

Les vitraux armoriés du chœur rappellent sa double lignée princière et ses alliances fastueuses, ainsi que sa foi religieuse.

Les emblèmes, les devises, les fleurs symboliques et les lacs d’amour, sculptés partout abondamment, évoquent ses sentiments, ses infortunes, son amour.

Tout cela témoignage de ses joies, de ses souffrances, de sa dignité et de ses espérances éternelles.

Conférence le mercredi 6 décembre à 17h00. Exceptionnellement Centre Jean XXIII, salle Semnoz, niveau bas, 10 chemin du Bray, Annecy-le-Vieux, Bus ligne 4, arrêt IUT, Co-voiturage possible, prendre contact avant le 29 novembre.

Conférences : programme pour le 1er semestre 2024

  • 3 janvier : « Germain Sommeiller, ingénieur sarde et militant cavourien », par André Pallatier
  • 7 février : « Un amour de jeunesse d’André Charles Coppier, par Henri Comte
  • 6 mars : « L’évolution du métier de sage-femme en Savoie de 1780 à 1815 » par Angelica Suarnet
  • 10 avril : « Les trésors de la bibliothèque municipale de Chambéry » par Émilie Dreyfus
  • 22 mai : « La pandémie grippale de 1918-1919 : une maladie à découvrir et des traitements à inventer » par Pierre Labrude
  • 8 juin à Montrottier : « Le 27ème BCA dans la Résistance », par Sébastien Chatillon

Les conférences ont lieu habituellement les premiers mercredis de chaque mois, à 17h, à l’Espace Yvette Martinet à Annecy sauf le samedi 8 juin où la conférence se tiendra au château de Montrottier.

Faire un don